French Resistance fighter Politician

Lucien Degoutte

Quick Facts

IntroFrench politician
Was Politician
French Resistance fighter
From France
Type Activism
Military
Politics
Gendermale
Birth 19 July 1907, Blacé, Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes, France
Death 6 September 1963, Lyon, Urban Community of Lyon, Rhône, France
(aged 56 years)
Star signCancer
Education
Arts et Métiers ParisTech
Awards
Knight of the Legion of Honour1957

Biography

Lucien Degoutte, né le 19 juillet 1907 à Blacé (Rhône) et mort le 6 septembre 1963 à Lyon (Rhône), est un homme politique français.

Biographie

Ingénieur de formation, il a fait ses études à l’École des arts et métiers de Cluny. Il commence sa carrière professionnelle en tant que chef de travaux d’électrification et d’équipement des campagnes, mais est victime d’un accident de travail. En 1936, il devient directeur de l’Office public d’habitations à bon marché de Lyon. Le régime de Vichy le révoque en 1942. Il rentre alors définitivement en résistance. En 1941, il créa, avec le docteur Jean Fousseret, le journaliste Léonce Krabbe et l’imprimeur Henri Chevalier, le groupe « Coq enchaîné ». Le groupe a payé un lourd tribut durant cette période, avec 16 morts et 23 déportés, dont seulement 13 reviendront vivant.
Il sera emprisonné deux fois durant cette période, ce qui lui vaudra la Croix de guerre. En 1945, il devient chef de cabinet du maire de Lyon, Édouard Herriot.

Carrière politique

Lucien Degoutte fait ses premières armes en politique au sortie de la Seconde Guerre mondiale, en se présentant aux élections législatives de 1945, pour la deuxième circonscription du Rhône. Il est en deuxième position sur la liste radicale-socialiste, conduite par Camille Rolland, qui n’obtient que peu de voix.

Mandats parlementaires

Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951, il est élu député du Rhône. Il participe à plusieurs commissions parlementaires : Commission de la production industrielle de 1946 à 1951 au nom de laquelle il dépose plusieurs rapports, de la Commission des moyens de communication, en 1947, de la Commission du travail et de la Sécurité sociale, de 1947-1951, et sera nommé juré à la Haute Cour de justice de 1947 à 1948. Il dépose neuf propositions de loi ou de résolution. Il approuve les projets de loi relatifs au plan Marshall, ainsi que ceux sur le Conseil de l’Europe ou le pacte Atlantique.

Du 17 juin 1951 au 1 décembre 1955, il est élu pour son second mandat de député du Rhône. Il participe à la Commission du travail et de la Sécurité sociale de 1951 à 1955, et la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre de 1951 à 1954. Par contre, il s’oppose à la ratification des accords de Paris. Il vote contre favorables à l’enseignement privé. Favorable au cessez-le-feu en Indochine, il s’abstient lors du vote de confiance après la Bataille de Diên Biên Phu.

Du 18 avril 1956 au 8 décembre 1958, il est élu, pour un troisième mandat, en tant que député du Rhône. Il est membre de la Commission du suffrage universel et de la Commission de la production industrielle de 1956 à 1957. Le 27 décembre 1956, il dépose une proposition de résolution demandant au gouvernement de régulariser le marché des vins à appellation d’origine contrôlée. Il vote pour la confiance au général de Gaulle, les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle. Il est désigné par la Commission du suffrage universel pour représenter l’Assemblée nationale au sein du Comité consultatif constitutionnel.

Mandats locaux

En octobre 1947, il est élu conseiller municipal de Quincié-en-Beaujolais.

Voir aussi

Article connexe

  • Liste des députés du Rhône